09/09/2009

suite des conseils à un jeune poète qui croûle sous les poèmes à la fin de l'été


un poème deshydraté
n'en reste pas moins un poème
id est un produit éminemment toxique
n'oublie surtout pas
de prévoir des anditotes
id est (bis) ne surtout pas re-hydrate
tes poèmes tout secs
dans de l'aqua simplex
mais atténue leur nocivité intrinsèque
en les laissant macérer
longuement
dans de ces eaux
qu'on dit - non sans raison -
"de vie"

(ah la la ! ces djeunes faut tout leur expliquer)

5 commentaires:

koukistories a dit…

j'aimerais être cerise ... dans une aut'vie

Chr. Borhen a dit…

Je résume : luttons contre la poésie digestive.

HK/LR a dit…

pas "contre" voyons !!! POUR LA POESIE DIGESTIVE (et digeste par la m^me occasion)

Ut a dit…

Très sympa!
Je viens d'un lien chez Arthi.
Aucun don pour la cuisine.. heureusement, je n'ai guère de poèmes, et pas un qui ait pris trop chaud cet été.

Belle journée hydratée.

Éric a dit…

Normal que le poème se déshydrate quand le poète ne lui laisse pas une goutte d'eau-de-vie !